Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 06:09

 

 

10270588_353722468132287_529249604724650892_n.jpg

 

«Comme un habit s’use avec le temps pour tomber en lambeaux, la vie s’épuise de jour en jour, seconde après seconde… » Dilgo Khyentsé Rinpotché

 

C’est la journée de la Gentillesse alors je vais vous parler d’un sujet débattu hier avec une copine … connaissez vous L'égrégore ... c’est une forme pensée ou champ énergétique construit par un groupe de personnes ayant la même intentionnalité, par exemple : groupe de philatélistes, club sportif, syndicat, église, parti politique… ou tout simplement ensemble de personnes pouvant être disséminées sur la planète mais, vivant les mêmes émotions : amour, haine, colère, compassion…

Un ensemble de personnes qui se focalisent sur un même objet, avec une certaine intensité, déploient une énergie mentale, affective, passionnelle, spirituelle… qu'ils mettent en commun. Cette activité concentrée sur un objet en particulier génère une forme pensée ou, champ énergétique composé d'énergie mentale, d'émotionnelle, d'énergie spirituelle.

Si nous rejoignons par la pensée un égrégore d'amour, nous recevrons en retour de l'amour. Alors que s'il s'agit de colère, il en sera tout autre et, nous recevrons en retour… de la colère !

L'égrégore est une énergie structurée par l'objet sur lequel elle se finalise, et remplie de toutes les émotions que les participants mettent en commun…

La puissance d’un égrégore dépend de sa « masse psychique concentrée ou mobilisée ». La puissance et la nature de ces courants émis déterminent la qualité de la forme pensée aurique. Plus elle est alimentée et plus son rayonnement s’étend.

En contrepartie, moins elle est nourrie et plus sa force s’affaiblit. C’est ainsi que les égrégore se créent, se développent, puis s’anémient et disparaissent. La durée de vie d’un égrégore dépend des paramètres identiques à ceux de toutes les institutions humaines. Plus elles sont vitalisées auriquement, plus on leur porte de l’intérêt et plus elles se renforcent. Dans le cas contraire, moins elles sont fertilisées et moins elles sont susceptibles de battre des records de longévité.

Faute d’être entretenu et nourri régulièrement, un égrégore se désagrège et meurt car il n’est pas autonome comme on peut le voir…

Ma gentillesse vous souhaite un beau jeudi de novembre et vous envoie des bisoux Doubs …

 

 

 

Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 06:04

 

 

10438133_792129224161434_3054608380416813130_n.jpg

 

« Ne vous encombrez pas l’esprit de pensées inutiles, à quoi bon ruminer le passé, anticiper l’avenir ? Restez dans la simplicité de l’instant présent… »

 

Il faut laisser mûrir les choses pour en tirer la quintessence… je sais vous aller dire que je radote mais le temps court je n’arrive pas à le suivre nous voici mi-novembre et je me questionne encore et toujours sur l’année presque écoulée…

Je devrais troquer mes ballerines contre des bottes « d’automne » (et oui le froid arrive…) … Il parait que l’on n’échappe pas à sa destinée…

Même si depuis quelques mois les jours se suivent et se ressemblent je vais ouvrir de nouvelles portes, me tourner vers de nouvelles perspectives… Je réveille mes envies, je chasse mes peurs par des sourires…

L’avenir c’est demain, pas de panique, pas de précipitations non plus … Je réapprends à savourer l’instant…

Et si, je poussais les bonnes portes, si j’ouvrais les fenêtres de la vie…

Tant pis pour les courants d’air… Cette bouffée d’oxygène arrive à point nommé …

 

 

 

Repost 0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 06:57

 

 

10710724_732725380130676_4714222773146112525_n.jpg

 

« L’impermanence est un principe d’harmonie… Quand nous ne luttons pas contre elle, nous sommes en harmonie avec la réalité… » Pema choödrön

 

Maman deux fois je vous l’ai dit des centaines de fois … j’ai appris à être celle qui tient la main, aide à grandir sans trop de souffrances…

J’avais largement pris ma part sans étaler la mienne et les éclabousser de mes maux même si elles sont des éponges, comprennent tout et savent tout …

Le dur métier de maman n’est pas une mince affaire, il faut savoir jongler, bricoler, panser, courir, faire face aux imprévus divers et variés, aux contrariétés  de la vie…

Il parait que les passages à vide sont monnaie courante, il faut remonter le temps, analyser… et sourtout Positiver, traverser les tempêtes encore plus forte et gardant le cap fixé …

Et quand un sourire éclaire leurs visages mon cœur de Maman dit Merci la Vie …

 

 


 

 

Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 06:31

 

 

1939402_766508493360385_2708926105660872839_n.jpg

 

« En fait, l'âme soeur, la vraie, est un miroir, c'est la personne qui te montre tout ce qui t'entrave, qui t'amène à te contempler toi-même afin que tu puisses changer des choses dans ta vie. » Elisabeth Gilbert [Mange, Prie, Aime]

 

Durant la semaine écoulée j’ai terminé ce livre que j’ai du reprendre car la première lecture j’avais capitulé… mais là je suis arrivée au bout même si je pense qu’il y a des pages inutiles il ya une  prise de conscience qui rime parfois avec la simplicité du désir de vouloir vivre sa vie, « Mange, prie, aime » est à lui seul un roman qui représente très bien ce constat.

Une œuvre sincère et juste qui porte une attention toute particulière à vouloir nous faire aller au plus profond de nous-même pour mieux nous retrouver ensuite…
Ce livre est un véritable bijou, abordant des thèmes universels et existentiels ; l'ennui, la lassitude, l'impression de ne pas vivre sa vie, d'être emprisonné dans ce que nous avons construit sans pouvoir nous en détacher. On comprend bien le principe, une femme, qui a soi-disant tout pour être heureuse mais qui ne l'est pas, décide de quitter le monde qu'elle connaît pour l'inconnu ! Elle part donc en Italie pour réapprendre le plaisir de manger (sans compter les calories tout ce que l’on aimerait pouvoir faire…!), elle goûte aux délices de la dolce vita et prend les "douze kilos les plus heureux de sa vie",  en Inde pour apprendre à prier et renouer contact avec Dieu ou du moins pour retrouver une certaine paix intérieure, ashram et rigueur ascétique l'aident à discipliner son esprit (lever à 4 heures du matin, méditation et nettoyage des sols !)
 et enfin elle part à Bali elle cherche à réconcilier son corps et son âme pour trouver l'équilibre qu'on appelle le bonheur... (après avoir vu toute la beauté du monde avec le sublime Marc Lavoine, on rêve toute de partir avec lui) pour s'épanouir et découvrir que cet épanouissement passe en fait par l'amour.

Et oui ! Pendant tout le roman, elle s'évertue à s'émanciper, à vivre sans homme malgré l'image que tous les gens qu'elle croise lui renvoient, à se concentrer sur elle-même ; tout ça pour découvrir que finalement l'amour est essentiel même s'il déséquilibre.
Qui n’a jamais rêvé de tout quitter pour parcourir le monde, qui n’aimerait pas à l’instar d’Elizabeth Gilbert, découvrir les endroits qui lui sont chers ?

Si l’on parvient à prendre assez de recul et nous mettre en condition, puis plus personnellement si l’on parvient à se retrouver dans le personnage de Liz, c’est avec évidence qu’il nous parlera, et ce fut justement mon cas. Bien qu’il ne possède rien pour crier au chef-d’œuvre, le livre aborde gentiment et avec une douceur suave, la prise de conscience d’une femme qui parcourt le monde pour se ressourcer. Avec un tel postulat de départ, « Mange, prie, aime » ne cherchait absolument pas à être un roman révolutionnaire, qui sort des clichés ou bien qui se veuille comme un exemple à suivre. Non le roman est honnête, la morale qu’il propose est bien évidemment à prendre ou à laisser.
J'ai vraiment adoré ce roman dans toute sa spiritualité. Il est profond, vibrant, et invite à une véritable quête de soi-même et de son but dans la vie. La quête de soi, probablement la question la plus importante dans nos vies, et cette force de tout quitter pour parvenir à trouver cet équilibre, à se trouver, ou se retrouver. Cette question ne laissera personne insensible tant elle vit en nous. Alors oui, peut être que si l'on ne s'est jamais posé ces questions existentielles, ou si l'on est incapable de prendre du recul par rapport à la superficialité de sa vie, si l'on ne se demande jamais si être heureux signifie chercher au fond de soi-même une ouverture à autre chose, bref si on est plat, simpliste et borné, alors oui cette histoire ne plaira pas.

Mais si on se plait à imaginer que la vie peut être différente, que l'on peut recommencer, chercher ce qui nous rend heureux sans mauvaise conscience et avec l'aide de toute la beauté du monde, alors ce roman est une perle qui laisse le sourire en coin… 

 

 

Repost 0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 06:59

 

 

1964904_853222931355604_891869872684619431_n.jpg

 

« Afin de percevoir l’infinie valeur de toutes choses, nous devons accorder à la vie une attention pleine et entière… » Jack Konfield

 

 "Le nez en l'air, les mains sur les hanches, les pouces en avant, un air joyeux que l'on sifflote, l’insouciance pour seul bagage...
Il ne faut jamais perdre son enfance, c'est un précieux trésor que l'on garde au fond de son coeur. Tu es à l'âge merveilleux des grandes découvertes, des projets ambitieux, de l'ouverture sur un monde aux horizons illimités…

Que la prochaine année t'apporte toutes les joies et les francs succès qu'une jeune femme remplie de qualités comme toi est en droit d'espérer …!


Je suis fière de te souhaiter un joyeux anniversaire ta Maman qui t’aime plus tout …" 

 

10603292_687624244655117_844932941581481965_n.png

 

 

Repost 0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 05:43

 

 

1255475_1405023746391475_1548552554_n.jpg

 

« La paix de l’esprit s’enracine dans l’affection et la compassion cela requiert un très haut degré de sensibilité et d’émotion… » Dalaï Lama

 

Celles et ceux qui me connaissent savent que je partage la vie d’un pompier volontaire … mais savez vous même si vous devez vous en douter, les tuyaux incendie ont une durée de vie limitée.

Par contre, vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il devenait une fois leurs bons et loyaux services accomplis pour assurer notre sécurité?

Les premiers boyaux incendie sont apparus en Hollande en 1673, ils étaient en cuir. Les tous premiers, simplement cousus sur la longueur étaient peu efficaces parce qu’ils fuyaient beaucoup. Pour remédier au problème, on a eu l’idée d’assembler les coutures du boyau avec des rivets en cuivre, c’était en 1807 à Philadelphie. Mais ce tuyau était très lourd à manipuler, de plus le cuir avait tendance à craqueler et à se fissurer en séchant. Et donc, d’années en années le tuyau incendie s’est amélioré pour mieux satisfaire aux exigences de la profession de sapeur pompier, l’efficacité des interventions dépendant de la qualité et la fiabilité du matériel utilisé. Une des contraintes essentielles étant la résistance aux très fortes pressions, sans oublier la résistance aux flammes. Les tuyaux incendie sont devenus de plus en plus sophistiqués tirant parti des nouvelles technologies : les matières naturelles – le coton et le lin– ont laissé place au caoutchouc et aux fibres synthétiques.

 

GFLF_SIMBA_6_x_6_Hose_apel.JPG

Aujourd'hui, ils sont constitués d’une gaine textile en fibres synthétique habillée d’une paroi intérieure en caoutchouc ultra lisse pour une meilleure circulation de l’eau et d’une paroi extérieure offrant une excellente résistance à l’abrasion et au vieillissement. Par contre ils sont devenus en fin de carrière, au bout de 25 ans en moyenne, des déchets hautement polluants. Leur destination est alors soit l’enfouissement, il leur faudra plus d’une centaine d’années pour se décomposer, soit, comble d’ironie, l'incinération. Des fins de carrière hautement polluantes pour l’environnement.

Mais certains seront sauvés et revalorisés dans une démarche durable : si elle est jugée impropre aux combats au corps à corps contre les incendies, cette belle matière a des atouts non négligeables pour envisager une réutilisation. En effet, elle offre une bonne résistance à l’abrasion, aux UV, aux températures extrèmes dans le froid comme dans le chaud, elle est étanche.

 

Recemment-mis-a-jour5.jpg


Ces qualités ont donné l’idée à quelques créateurs de réinterpréter cette matière dans la maroquinerie pour créer sacs, pochettes i-pad, portefeuilles, porte carte bancaire…

Les créateurs jouent avec les différents diamètre de tuyaux, les inscriptions plus ou moins effacées, les textures, les couleurs parfois vives qui permettaient de bien les repérer la nuit. Ils ont donné une seconde chance à ces tuyaux incendie, ils ont prolongé durablement leur existence!

Les accessoires sont beaux, ils ont une histoire à raconter, et les stigmates parfois visibles authentifient leur passé en missions aux côtés des soldats du feu.

 

product_5051519s.png   product_5051572s.png

Du fait du matériau utilisé, chaque pièce est unique et les marques des outrages du feu ne sont que la preuve de leur authenticité. Conçu à la main avec beaucoup de soins à partir de tuyaux de lance à incendie -70 mm- déclassés par les casernes de sapeurs pompiers d'Angleterre ou de France : les tuyaux de refoulement jaunes (courants à Birmingham) et oranges (la couleur des tuyaux  à Londres) sont plus régulièrement réformés parce que plus vulnérables étant en première ligne sur le front des foyers d'incendie. Les bleus sont beaucoup plus rarement upcyclés car du fait de leur usage différent, ils ont une carrière plus longue. Qu'ils soient jaunes ou bleus, ils sont nettoyés pour faire disparaître les outrages dûs à plus de 30 ans de bons et loyaux services puis ouverts sur la longueur ( 22 mètres) afin d'être découpés puis assemblés pour réaliser ces accessoires de mode.

Intérieur en soie provenant de toiles de parachutes militaires déclassés.

Pratique et robuste pour un usage quotidien.

Entretien facile: imperméable et très résistant car bénéficiant des qualités intrinsèques des tuyaux de lance à incendie.

Emballé dans une pochette cousue à partir de matériau de récupération.

Même les étiquettes sont collées sur un support recyclé au gré des matériaux récupérés!

Une fin de vie plus valorisante et respectueuse de l'environnement que l'enfouissement ou l'incinération!

Un très beau cadeau de noël ou autre à offrir à un sapeur pompier ou à votre chéri(e) d’amour…!

 


5229f14cc1884.png

 

 


Repost 0
Published by Doucinette - dans Coups de Coeur
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 06:16

 

1379719_1505449606375682_5022264855348173714_n.jpg

 

 

 

« Notre situation peut être perçue comme le paradis ou l’enfer tout dépend de notre perception à tout voir… »

Se construire ou reconstruire une vie à son goût est un peu comme bâtir une maison… La première chose à faire est un plan … oh pas un plan de carrière juste une esquisse de ce que l’on veut ou désire … en espérant qu’un événement ne vienne pas tout détruire ou reporter la construction …

Définir le style, les dimensions, la disposition et l’aménagement… pour sa vie personnelle une liste fonctionne très bien et a fait ses preuves dans bien des situations …

Quel est mon cheminement ? Réfléchir aux défis déjà relevés avec succès et surtout ses plus beaux accomplissements…

Où est ce que je me dirige ? Voir ou revoir où l’on en est … en rapport avec les objectifs fixés à un moment donné et surtout accomplir ceux qu’il reste à atteindre…

Où en suis-je maintenant ? Faire un examen de sa vie actuelle, impressions, bonheur, envies…

Me suis-je accordée toutes les chances de succès ? Mes agissements passés étaient ils adéquats pour atteindre mes buts… Et si je dressais une liste de ce que je devrais faire pour réaliser mes rêves, pourquoi un échéancier réaliste et réalisable…

Ma vie aujourd’hui est elle une agréable aventure ?? Est-ce que le matin je me réveille avec le goût d’entreprendre une nouvelle journée ? Que me manque-t-il ?

 

Je relis mes réponses et je me dis qu’il est temps de faire les ajustements nécessaires et de réaliser mes rêves pour avancer vers un avenir à vivre à 200%... car même si je dois faire face aux batons dans les roues je ne vais pas me laisser faire … je ne suis plus dans la passivité mais là je sens l’agressivité positive comme dirait une cop tu as la rage utilise là à bon escient !!!...

 


Repost 0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 05:36

 

 

7098_1583312668564717_5924055202590997391_n.jpg

 

« Terrible ou pas, difficile ou pas, ce qu’il y a de plus beau, de plus noble, de religieux, de mystique, c’est d’être Heureux en Amitié ou en Amour… » Arnaud Desjardin

 

"Qui se ressemble s'assemble" : la sagesse populaire pourrait bien avoir raison à un niveau jusqu'ici insoupçonné. Vos amis partagent avec vous bien plus que vous ne le pensez… les miennes j'en suis persuadée il y a parfois des coups de foudre amicaux et qui peut expliquer cela !!!

En effet, si nous ressentons des liens quasi familiaux avec nos amis, rien de plus normal : nous sommes « presque » cousins [oui mais au 4ème degré]... C'est en tout cas la surprenante conclusion d'une étude menée conjointement par les universités de Yale et de Californie du Sud…

Cette étude suggère en effet que les personnes d’un même cercle social ont en commun une proportion notable de leur génome. A titre de comparaison, cette quantité de gènes partagés atteint la plupart du temps des niveaux similaires à ceux que l’on peut observer habituellement entre deux cousins ou cousines

L’étude qui y est menée en est aujourd’hui à sa troisième génération de participants… En exploitant cette immense base de données, les chercheurs ont réussi à comparer tour à tour les marqueurs génétiques de deux individus partageant ou non des liens d’amitié. Leurs résultats, publiés dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, indiquent de nombreuses corrélations entre les génomes de personnes socialement proches. Environ 1% de gènes similaires sont observés entre deux individus partageant des liens d’amitié. Une proportion notablement plus élevée que celle observée entre deux sujets sans aucune affinité. "Pour les généticiens, c’est un chiffre significatif", affirme dans un communiqué Nicholas Christakis, professeur à l’université Yale et co-auteur de l’étude. Il poursuit : "D’une certaine manière, nous parvenons, parmi une myriade de possibilités, à choisir comme amis des gens qui ressemblent à notre famille". En d’autre terme, l’être humain est prédisposé à se lier d’amitié avec  ses semblables génétiques.

 

L’amitié ne serait donc pas due au hasard des rencontres, du destin, des réseaux sociaux mais au fait que deux personnes ont au moins 1% ou plus de gênes semblables… même si cela semble faible ce cousinage est bien la preuve que le cœur reconnait les siens parmi les millions d’invidus que nous croisons au cours de notre vie …

 


Repost 0
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 06:19

 

 

10678867_742869292450248_1275804024343100069_n.jpg

 

« La souffrance fait partie de l’expérience humaine, les gens font du mal les uns aux autres, connaitre cela c’est avoir une vision claire sur la vie… » Pema Chödron

 

Vous m’avez demandé en privé pourquoi cette colère hier, pourquoi tant de ressentiments…

Je n’aime pas les coups bas, je déteste les coups dans le dos, j’aime la franchise, l’honnêteté mais sur ma route j’ai croisé des personnes qui sont devenues aigries, jalouses du peu que je possède … ma richesse est ma force et ça rien ni personne ne pourront l’avoir car elle ne s’achète pas …

 

 

Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 06:10

 

 

10702172_902255219799280_135908817261217820_n.jpg

 

« Celui qui s’efforce d’atteindre l’éveil de son Moi doit s’attendre à rencontrer d’épouvantables obstacles : la colère, le désir, la confusion, l’orgueil parfois, la jalousie d’autrui … » Dilgo Khyentsé Rinpotché

 

Ce matin je pourrais vous parler de ma colère mais à quoi cela m’avancerait, pas envie de me mettre la rate au court bouillon, et c'est mauvais pour les rides d'expression… je pourrais vous expliquer mes désirs de mettre les choses à plat, mes désirs de justice, mes désirs de "rentrer dans le lard" comme on dit mais j’ai décidé de rester zen… je ne suis pas confuse je sais ce que je veux, aucune confusion dans mon esprit non je ne suis pas remontée comme un coucou suisse, la priorité reste toujours et encore mes filles… je ne connais pas le mot orgueil il ne fait pas partie de moi, mais le sien en a pris un coup et comme dit l'autre "pétasse" de la pub "c'est pas fini"… et la jalousie alors là je pourrais remplir des pages et des pages …car sa et la jalousie est le résultat de cette situation, est ce la jalousie qui sème ressentiment, méchanceté, tribunal …

Une chose est certaine on récolte toujours ce que l’on sème et là mon panier est plein, mon dossier est béton il va voir de quel bois je me chauffe, il ne connait pas la nouvelle Nat !!!

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Doucinette pas si douce que ça !!
  • Doucinette pas si douce que ça !!
  • : Quelques bribes de vie d'une maman la quarantaine et des brouettes avec ses humeurs, ses passions, ses questions existentielles ...
  • Contact

  • Doucinette
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...

Horloge

Recherche