Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 05:35

A vouloir goûter ta peau, oui

A vouloir absorber tes envies

A vouloir sentir ton corps

A vouloir mordre encore

A vouloir déguster tes désirs

A vouloir savourer notre plaisir…

                                   Nous allons succomber à cette embuscade à notre bon vouloir …

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 19:05

Je suis loin d'être la seule à avoir vécu ce genre d'événement marquant. Et je ne me plains pas, loin de là ! Les embûches de mon parcours (il y en a d'autres, évidemment) sont même totalement dérisoires face à certains vécus tout à fait tragiques. Je garde mon sourire, faut pas croire !! Simplement j'éprouve le besoin, d'extérioriser ces souvenirs en espérant qu'ils pèseront moins dans ma mémoire et que je pourrai, les évoquer sans les subir. Ce sera, peut être, une forme de délivrance et une façon de comprendre mon mode de fonctionnement. Rectifier certaines façons de voir, dompter une émotivité à fleur de peau et appréhender la vie avec les yeux de la réalité et non de mes rêves...Faut-il faire l'impasse sur ces douleurs qui ont finalement influencé toute ma vie??

Affectivement, émotionnellement, sentimentalement, je suis bien maintenant ...

Parler de ce vécu m'a permise de remettre mes pendules à l'heure. Mais qu'il est encore difficile de parler, de regarder mon père en face même l'embrasser pour lui dire bonjour et ma mère qui fait comme si rien n'était arrivé, je n'avais jamais parlé, ma souffrance n'avait jamais existée...

Quand arriverai-je à effacer mon passé qui me rattrape chaque jour un peu plus ...

J'ai refermé mais laisse la porte entrouverte ... Vous qui me lisez depuis quelques jours, vous savez que je navigue à vue, entre mes contradictions et ses contraires...

 

Il y a des matins où la vie me parait simple, mes choix surs et définitifs et d'autres matins où mon passé me saute à la gorge...

Pourtant, j'essaie de laisser les choses évoluer et disparaître pour me libérer enfin je nomme cela clore mes tremblements de vie...

Mais qu'il est difficile de ranger telle une bibliothèque ces morceaux de vie qui m'empoisonnent encore trop souvent ...

Un tremblement de vie, c'est votre vie qui tremble très fort, un événement qui secoue vos certitudes, remet à plat vos repères. C'est la perte de quelque chose qui fera que plus rien ne sera jamais comme avant...A la découverte de certains mensonges, de silence trop longtemps gardé au fond de moi, ma vie s'est fissurée. Au début j'ai cherché une explication, une excuse. Puis, de découvertes en découvertes, ma confiance, mes certitudes, tout s'est effondré...Il a fallu détruire, puis reconstruire. Comment y suis-je arrivée, se remettre d'un tremblement de vie ? Le 1er passage est celui d'accepter que c'est trop tard, il ne sert plus à rien de résister. Creuser, fouiller, agrandir le trou si nécessaire, pour que toutes les failles soient visibles et claires. Pour qu'elles soient inévitables, et qu'on ne puisse plus reculer.

Le 2ème passage, c'est de poser les yeux ailleurs, alors tt doucement vient l'idée qu'on pourrait vivre une autre vie avec qq1 d'autre et de découvrir qu'on peut avoir des petits plaisirs, ailleurs.

Le 3ème passage, c'est déblayer les gravats. Il faut faire du tri, même si beaucoup de biens matériels y passent, et même quelques personnes qu'on croyait ami(e)s.

 Ce nettoyage permet d'ailleurs de faire ressurgir des perles oubliées, des démons cachés. Ne pas hésiter à se faire aider...Alors ensuite, la vie nettoyée, un nouveau départ pris, est ce que tout va repartir comme avant.

Est ce qu'on peut oublier ses blessures avec l'emplâtre du temps ...???

Attention danger !! Il paraît que je vais exploser  !!...

Je suis comme une cocotte minute sous pression d'après Doudou ... et c'est parce que je n'ouvre pas suffisamment la soupape que ce trop plein d'émotions risque de se déverser et faire des ravages au sein de la famille (je vais essayer de rester zen dimanche promis) aux aguets mais zen !!....

Je me protège trop et donc mes émotions sont exacerbées par cet enfermement grâce auquel je suis censée me protéger.... Et moi qui croyais que c'était l'inverse, que mes émotions jaillissaient parce que je ne savais pas me protéger justement.

Casser la carapace de kilos que j'ai construite autour de moi pour m'enlaidir et dire ce que je ressens devant leur déni, m'ouvrir enfin raconter à mon frère ... dire à ma mère qu'elle aurait due me protéger et qu'il serait tant qu'elle arrête de se voiler la face ....

Il va y avoir du boulot à avancer dans cette vie qui est mienne .... Mais n'est-ce pas ce que j'ai commencé à faire ici finalement en vous racontant ma vie d'hier, d'aujourd'hui et celle de demain !!

Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 19:01

L’art de manger des cerises

Il n’y a que toi pour ce délice

Doucement tu joues, les billes

Se promènent de ton doux nombril

A tes monts qui s’hérissent

Les courbes de ton corps glissent

Entre dans le jeu dangereux

Où la porte de ta gourmandise en feu

Nous transporte à mil lieux

De bouche à bouche, délicats, coquins,

Régalons nous de ce festin …

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 09:50

Pourquoi me dire : "Il t'aimait trop".. peut-on aimer trop et surtout si l'on aime trop doit on détruire !!

Qu'il est difficile d'en vouloir à ceux que l'on aime. J'ai préféré ne pas porter atteinte à l'image sociale de mes parents (ma mère est adjointe au maire de sa commune) en ne passant pas par la voie judiciaire... Mais était ce la solution pour m'en sortir, y a t'il une justice ailleurs où là il répondra de ses actes.

Moi je me reconstruit difficilement, j'apprends à m'aimer en griffonnant mes maux pour me libérer de ce passé trop lourd.

Ma psychothérapie a commencé quand ma grande fille a eut 12 ans... mon drâme est remonté à ce moment-là !!

Les symptômes provoqués par ces "viols" silencieux sont encore profondément ancrés en moi sans que personne ne sache...

Je me suis cachée derrière des kilos en trop, inconsciemment j'enlaidissais mon corps pour ne plus lui plaire.

Quand j'ai rencontré mon (ex) mari, il a cessé de venir dans la salle de bain me toucher... cette salle de bain où j'ai pris des dizaines de douches, de bains pour effacer les traces me décaper pour oublier !!!

L'homme qui partagea ma vie durant près de 18 ans ne connut la vérité et mon histoire seulement en 2005 (nous nous sommes mariés en 1990), il se doutait qu'il y avait un contentieux avec mon père, mon bourreau, mais il avait déduit : enfance rigide, éducation disciplinaire (il y avait ça en plus !!) ...

Après il faut mettre en mots et expliquer qui est l'auteur de cet acte et commis cette transgression, cette règle absolue, un vrai tabou ...

Il m'a imposée son autorité, le silence, je suis donc restée longtemps muette, honteuse.

 

Bientôt il y aura un lendemain, le temps de celui de vivre, bientôt un beau printemps, de ne plus craindre ceux qui vont trop loin en pensant avoir les moyens et le droit... surtout !!

Est ce de l'utopie, le monde qui nous entoure est en perpétuel attente d'autre chose, le bleu de ma blessure s'estompera t'elle ??

Briser la loi du silence, la loi de l'oppression, l'obstacle à l'accomplissement de l'être, la loi qui conduit à la honte et à la culpabilité, qui nie et exclut l'être. On dit qu'il faut parler, s'exprimer, combattre les tabous. Mais on ne dit pas comment rompre définitivement avec la loi du silence. D'abord trouver à exprimer puis trouver les mots. Mais ensuite comment faire exister durablement par la parole entre les êtres ce qui a été si longtemps tu ?

Comment parler librement de ce qui a été subi des années durant le joug du tabou ? Après la révélation la tentation est grande de renoncer et de céder de nouveau au silence, mais ce serait de nouveau ouvrir la porte à la souffrance et à l'exclusion. Il faut donc tenter de restaurer le lien par la parole en la pensant encore pour la diffuser encore un peu plus. J'ai ce sentiment qu'en m'interdisant de parler et en m'obligeant à garder le secret, un lien s'est crée avec ceux qui savaient pour m'exclure de tous les autres. C'est sûrement en m'adressant à tous ces autres qui ne savaient pas ou qui ne savent pas que je parviendrai à briser définitivement la loi du silence et à restaurer le lien humain et solidaire. La loi du silence m'a éloignée de mes proches. La parole devrait m'en rapprocher. Puisque ma raison et ma conscience ne me permettent pas de triompher de mes peurs et du mal subi, mon imagination me le permettra peut-être. Alors j'inventerai des images terrifiantes et des récits où je sors victorieuse ...et grandie ...l'écriture permet d'échapper aussi à ce mal-être ...

Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 09:44

Pourquoi n'ai je pas su dire non ? Oui, non, sans doute, peut-être, stop ...

Qui ne dit mot consens !! ... Et bien, non ! Tu as détruit ma vie de Femme ... Si j'avais pu dire non, stop... mais je n'ai pas pu, pas su ... je me suis trouvée mil excuses toujours.

Ses mains vieillies ont cajolé ma peau de jouvencelle. D'après mon psy avant 12 ans (ma mémoire l'a enfouie) et après aussi ...

Mon innocence, mon corps fragile, l'illusion de mon enfance à jamais salie sans appel. Puis je comprends le mot : silence morbide, solitude amère d'un toucher de mon intimité. Mes faibles seins minuscules, mon abricot un trophée à ce vil cerveau. Ma vie qui bascule ... entachée, tâchée à peu de frais mais pour la vie...

Des larmes secrètes, gros chagrin d'enfant, quatre murs d'une salle de bain sans écho !!

Vie austère et sans relief, perturbation d'un esprit saccagé par la culpabilité, et, tout s'effiloche dans le noir, dans le gris sombre... mon être maladif n'est plus jouissance parfumée... de la rancœur dans mon cœur, gestes et mots inexplicables, chemin rocailleux à comprendre l'injustice, l'incompréhensible ...

Pour enfin parler, pour enfin mettre des mots sur mes maux merci (Eric mon psy), merci Hélène qui a compris mon secret à demi mots ...

Et, à l'aube de mes 40 ans délivrance de ce mal terrible, de ce cancer qui me ronge ...

Vivre enfin, survivre, adieu supplice d'esprit, il faut tout dévoiler, expliquer, comprendre, demander pourquoi ???

Esquisser un sourire banal devant Lui !! devant Elle qui fait l'autruche qui est dans le déni le plus complet depuis que je lui ai dit ce que m'a fait ce monstre qui partage son lit ...

Elle continue sa vie, sociale, familiale comme si sa vie avant et après mes dires n'avait rien changé dans le cours de son existence comme si elle avait toujours su sans jamais oser mettre des mots sur mes maux !!!

En 2008, je veux l'espoir, mes souffrances expliquées ... même si chaque fois ma voix prend ce trémolo douloureux, révolté...ma peine reste lourde, très lourde, mon enfance bafouée, volée je ferme le rideau, car je réalise enfin mon statut de victime, je ne culpabilise plus d'avoir été touchée, caressée même s'il ne m'a pas pénétré avec "son sexe", la situation ambigüe de "viol" est tout aussi destructrice.

(la suite plus tard je suis vidée merci de m'avoir lu)...

Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 08:00

La musique inonde le salon

Ton corps sert le mien dansons

Et, nous voilà enlacés, slowons

Quelques minutes de tourbillon

Tu m’étourdies quelle émotion

Nos bouches, nos langues en conclusion…

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 20:45

Que j’aime tes attentions pour moi

Elles chahutent mon corps en émoi

Mettent mes sens en délires

 

Que j’aime murmurer mes envies

Elles m’emmènent à cette jouissance salvatrice qui

Epuise mon être de plaisir

 

Que j’aime te donner ma liqueur

Elle coule comme une onde de bonheur

Capturé dans mon intimité gonflée de désir.

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 06:35

Sainte Elisée,

inutile de jaser,

si tu aimes ses baisers,

pense d’abord à te raser

sa peau est fragilisée

en regard de ton avidité

elle répondra sans sourciller

et t’emportera au sommet fantasmé

que tu as toujours désiré.

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 06:12

Matin …Câlin …

Nos corps lascifs, réveil brumeux après une nuit de folie…

l’esprit toujours en accord avec nos corps alanguis…

Nos peaux hyper érectiles des matins câlins …

Lentement, progressivement voguent nos mains,

 nos caresses pleines de promesses de délicieuse fusion …c’est le matin …

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 17:41

De pensées en besoins

Mes sens prennent le chemin

Au creux de tes reins

Attendre le moment divin

Je me promène sur tes seins

J’aime tes monts vallonnés

Jour ou nuit  te taquiner

Mon euphorisant passionné

Satisfaire nos envies à croquer

Heures de folies à calmer…

Repost 0
Published by Doucinette - dans Mes Coquineries ...
commenter cet article

Présentation

  • : Doucinette pas si douce que ça !!
  • Doucinette pas si douce que ça !!
  • : Quelques bribes de vie d'une maman la quarantaine et des brouettes avec ses humeurs, ses passions, ses questions existentielles ...
  • Contact

  • Doucinette
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...

Horloge

Recherche