Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 05:20

 

 

jtmunpeu-beaucou-.jpg

 

« Un petit bout de Toi, un petit bout de Moi, pour faire un petit bout de Nous … »

 

Quand vous avez décidé d’avoir un enfant rien n’y personne ne pouvait vous faire changer d’avis … mais parfois Dame Nature ne joue pas le jeu et la cigogne ne dépose rien dans le nid … certains couples font appel à une mère porteuse après avoir essayé toutes les méthodes possibles (fiv….)… Je pense qu’il n’est pas facile de faire ce choix mais quand adopter reste le parcours du combatant …

Un rapport présenté hier au Parlement européen a tenté de dresser un état des lieux des différentes législations sur la GPA dans les pays de l’Union.

Alors qu’en France, le débat autour des mères porteuses devrait bientôt revenir sur le devant de la scène, les membres de la Commission des affaires juridiques du Parlement européen ont établi un panorama des différentes législations dans les pays européens à ce sujet. Il n’est pour l’heure pas question de légiférer, mais ce rapport de 400 pages, réalisé avec le concours de plusieurs experts, est un bon document de travail.

« La motivation sous-jacente de ce rapport est d’établir si l’UE devrait, ou pourrait adopter des lois uniformes liées à la gestation pour autrui », expliquent les auteurs. Il ne s’agit donc pas d’autoriser ou non les mères porteuses à l'échelle européenne, cela relevant du droit de la famille, et donc de la compétence de chaque état membre. En revanche, étant donné que de nombreuses personnes vont à l’étranger pour avoir recours à la GPA, quand celle-ci n’est pas autorisée dans le pays d'origine, cela concerne la libre circulation des personnes, ce qui implique de ce fait l’Union européenne.

Un patchwork de législations …

Pour le moment, l’UE présente un véritable patchwork de législations relatives à la GPA. En effet, certains pays l’interdisent comme la France, l’Espagne, la Bulgarie, l’Italie, Malte ou le Portugal. D’autres ne mentionnent tout simplement pas la GPA dans leurs textes de loi, à l’image de la République Tchèque, de la Roumanie, de Chypre ou encore de l’Estonie. Enfin, d’autres pays l’autorisent, mais avec des garde-fous. C’est le cas de la Suède, où les « cliniques de fertilité » ne peuvent pas pratiquer la GPA, des Pays-Bas ou de la Grèce où les mères porteuses ne doivent pas être rémunérées, ou encore du Royaume-Uni.

En somme, les législations sont extrêmement variées, et il est donc « impossible de dégager une tendance dans la législation au sein de l’UE, même si tous les États membres semblent s’accorder sur la nécessité pour l’enfant d’avoir un statut légal clairement défini et un statut civil. »

Comme vous le voyez à l’échelle européenne cela n’est pas simple du tout … je ne sais pas si ne pouvant pas avoir d’enfant j’aurais choisi cette option, une chose est certaine je n’aurais jamais pu le faire donner un petit bout même en sachant qu’il va avoir une vie au sein d’une famille aimante, ça m’aurait déchiré le cœur !!!

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valérie 10/07/2013 09:04


Je n'aurais pas pu non plus, porter un enfant et le donner à une autre femme !!! Ah non !

Présentation

  • : Doucinette pas si douce que ça !!
  • Doucinette pas si douce que ça !!
  • : Quelques bribes de vie d'une maman la quarantaine et des brouettes avec ses humeurs, ses passions, ses questions existentielles ...
  • Contact

  • Doucinette
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...

Horloge

Recherche