Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 05:47

 

 

AF8.jpg

 

"Le bonheur n’est pas un gros diamant, c’est une mosaïque de petites pierres harmonieusement rangées." Alphonse Karr

 

Le bonheur pour moi c’est aussi dormir alors en cette 15ème Journée Mondiale du Sommeil je ne pouvais pas rester dans mon lit sans faire un article …

Savez vous que l’on a constaté que la façon dont on s’alimente agit sur notre sommeil et réciproquement… conclusion pour mieux dormir comment faut il manger ??

Les chercheurs ont montré que la durée du sommeil postprandial, c'est-à-dire après le repas, dépend de la valeur calorique du repas ingéré. .. Riche en glucides il fait monter la glycémie, ce qui entraîne une sécrétion d'insuline, non seulement périphérique, mais aussi à l'intérieur du cerveau, connue pour favoriser le sommeil. Plus on mange, et plus on dort longtemps !

Michel Jouvet, s'est tout particulièrement intéressé aux mécanismes du sommeil et du rêve, a quant à lui montré en 2014 que l'ingestion d'aliments glucidiques augmentait la sérotonine cérébrale et entraînait l'augmentation de la durée du sommeil postprandial.
Les individus ayant un indice de masse corporelle élevé sont particulièrement sensibles à cet effet et que les prises alimentaires les endorment plus que les personnes normopondérales.

L'équipe du Pr Charles-Yannick Guezennec, du Service de santé des Armées, a pu montrer quant à elle qu’une alimentation riche en protéines a plutôt pour effet de diminuer la synthèse de sérotonine cérébrale et d'améliorer la vigilance. Le mécanisme serait le suivant : lorsqu’il y a une augmentation du taux circulant d'acides aminés branchés, qui sont des compétiteurs pour l'entrée du tryptophane, précurseur direct de la sérotonine dans le cerveau, cela diminue les taux de concentration de sérotonine cérébrale.

Lorsque l'on réduit le temps de sommeil, cela modifie les concentrations de certaines hormones qui commandent l'appétit. La production de leptine par les cellules adipeuses est diminuée alors que cette hormone favorise la satiété et augmente la dépense énergétique ; d'autre part, la production de ghréline, une hormone sécrétée par l'estomac, qui stimule l'appétit, est quant à elle augmentée. Ces deux modifications concomitantes ont pour effet de faire consommer davantage d'aliments glucidolipidiques, à fort apport énergétique. Hormis ces facteurs d'ordre physiologique, il faut aussi considérer les aspects psychologiques et émotionnels. Lorsque l'on dort mal, que l'on est en manque de sommeil, et que de ce fait on ressent de la somnolence dans la journée, on peut manger des aliments qui procurent des sensations intenses en bouche, et qui sont souvent riches en glucides et en lipides, pour se stimuler et se tenir éveillé. En effet, les aliments glucidiques procurent un « coup de fouet » dans un premier temps, avant de diminuer l’éveil. Un mauvais sommeil est aussi à l'origine de nombreuses pensées pénibles : on s'inquiète de ne pas pouvoir dormir, de ne pas être suffisamment en forme, de ne pas pouvoir travailler correctement, on se déprécie et on se critique. L'anxiété, la déprime, sont souvent les compagnons de l’insomniaque et génèrent bon nombre d'envies de manger émotionnelles.

Surtout, manger à sa faim et ce que l'on aime le matin, à midi, dans l'après-midi, et le soir. L'important est de manger avec plaisir ce dont on a envie au moment où on en a envie, et lorsqu’on a suffisamment d'appétit pour cela. Si l'on mange en faisant attention à son plaisir gustatif, on constate alors que, peu à peu, ce plaisir s'éteint : nous voilà parvenu au rassasiement gustatif. On s'en tiendra là pour l'aliment en question. Manger ainsi sur un mode intuitif, pour le plaisir de la bouche, conduit à consommer globalement des quantités satisfaisantes, correspondant à ses besoins physiques et émotionnels. On se sentira alors rassasié et réconforté, apaisé. On n'aura donc pas mangé en excès, ni insuffisamment, et le sommeil n'en sera pas altéré. 

Finalement, comment dormir, pour les personnes en excès pondéral, il y a de plus toute chance que manger ainsi conduise à perdre du poids et à se stabiliser à son poids d'équilibre. Mais pour pouvoir manger ainsi, mieux vaut ne pas avoir à affronter trop d’émotions pénibles, et un sommeil de bonne qualité y contribue pour une bonne part !

Il faudra respecter les grands principes de l'hygiène du sommeil : avoir des horaires réguliers, dormir de préférence dans une pièce dédiée, ne pas être gêné par la lumière ou le bruit, éviter tout ce qui pourrait nous exciter avant d'aller au lit, s'être mis dans le bon état d'esprit pour accueillir le sommeil, accepter de l’attendre patiemment.

En clair, manger et dormir ne sont-ils pas des plaisirs essentiels de l'existence ?

Des plaisirs renouvelés quotidiennement, que bien souvent on néglige…

Quel dommage ! Ce n'est que lorsque les choses se dérèglent que l'on prend conscience de ce que l'on a perdu. Et rétablir ces équilibres si précieux n’est pas chose si aisée…

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Doucinette pas si douce que ça !!
  • Doucinette pas si douce que ça !!
  • : Quelques bribes de vie d'une maman la quarantaine et des brouettes avec ses humeurs, ses passions, ses questions existentielles ...
  • Contact

  • Doucinette
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...

Horloge

Recherche