Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 06:04

 

 

1609764 412470708856450 1072136660 n

 

 

« Il convient d’adapter la gastronomie avec la modernité. C’est en effet notre rôle de transmettre les traditions culinaires sans pour autant passer des heures au fourneau. On peut vivre avec son temps (utiliser surgelés, épices, herbes, crème allégée), tout en préservant la qualité gastronomique et nutritionnelle de l’alimentation. » L.N.

 

Entre les émissions culinaires, les chefs qui deviennent des stars, les blogs « cuisine » sur la toile on est tous et toutes toqués de Cuisine… pourtant ce n’est pas aussi simple que cela à faire ou même à partager… et voilà que les psychologues s’intéressent à « Dis moi comment tu cuisines je te dirai quelle casserole tu traînes… »… en voici quelques exemples c’est assez explicite et dérangeant … et comme souvent il y a un reste d'enfance ... digérée ou non !!

 

J’en fais toujours pour 10… et même si l’on est trois à table… Qui va finir cette montagne de spaghettis bolognaise ? On avait pourtant investi dans un doseur à pâtes mais il est où d’ailleurs… une vraie mama italienne et nourricière…

         D’après le psy : on reste marquée par la peur du manque, fréquente dans bon nombre de familles, temps de crise oblige, on observe également de nouvelles stratégies anti-gaspi pour celles qui ont l’habitude de cuisiner autour de plats festifs où chacun repart avec sa boite « TW, qui s’appelle revient…!!! »…

On peut aussi venir d’une famille nombreuse et on a du mal à se défaire des vieilles habitudes, soit la faille est plus profonde avec la perte d’un être cher pour qui on continue (inconsciemment) de cuisiner… Le trop, c’est la part de celui/celle ou ceux qui manquent… certaines mitonnent et mijotent par peur d’être prise en faute, derrière une apparente générosité, elles se protègent de ne pas donner assez d’amour…

 

Je ne peux m’empêcher de mettre une tonne d’épices… Comme le petit Poucet sème ses cailloux nous on saupoudre d’épices en tout genre … pour tous les gouts, toutes les saveurs …

         D’après le psy : La tendance aux mélanges peut devenir un artifice derrière lequel on se cache… manque de confiance en soi, blessure d’enfance, le « tu râtes, tu feras jamais rien de bon… »… L’abus d’épices peut aussi camoufler la fadeur de sa propre vie, une envie de folie latente…

 

Vive les petits plats tradis ou de Mamy !! pas envie des verrines minuscules où tu as l’impression de ne rien manger, pas envie d’une carotte vapeur, d’un poisson poché de 30g avec une goutte de vinaigre pour simple déco parce qu’il n’y a rien de plus convivial qu’une cocotte en fonte posée sur la table, un bœuf bourguignon mijotée pendant des heures, une purée de pomme de terre avec une crème fermière….

         D’après le psy : on affirme sa « simplicité » qui va avec la tendance aux plats d’autrefois et l’idée qu’être bien à table c’est partager le pot (-au-feu-) d’où ce refus de la performance associée à la miniaturisation des plats…

Ce dédain peut masquer une tendance à se négliger l’esprit, à ne pas vouloir comprendre les signes… ou trahit un fort attachement au passé dont on peine à s’extraire… Sans sortir bougies, nappe blanche, cristal de Mamy chaque déjeuner/diner s’interdire toute créativité culinaire et esthétique peut trahir un coup de déprime même si elle n’est que passagère… il est possible de faire une jolie table et de servir dans un plat une jardinière de légumes « Maison », une blanquette de veau « Maison » et de passer un moment agréable en restant dans la tradition tout est question de dosage …

 

Donc, voici un aperçu il y a encore celle qui ne reçoit jamais par manque de place, par manque d’expérience culinaire… il y a aussi celle du « c’est moi qui l’ai fait » alors que c’est « Marie ou Picard » mais chut faut pas le dire là ça traduit la volonté d’être parfaite avec un sacré manque d’estime de soi… et il y a celle qui ont tendance à acheter de très bons produits mais à laisser moisir ou se périmer dans le frigo cette impulsivité d’achat qui reflète un désordre intime et un manque d’attention à ses propres envies …

 

 

On a chacun et chacune nos casseroles parfois elles remplissent nos esprits mais aussi placards … n’est ce pas trop « cool » ce ptit moment en cuisine et ensuite à table …

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Doucinette pas si douce que ça !!
  • Doucinette pas si douce que ça !!
  • : Quelques bribes de vie d'une maman la quarantaine et des brouettes avec ses humeurs, ses passions, ses questions existentielles ...
  • Contact

  • Doucinette
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...
  • Une tite nana pleine de vie avec ses joies, ses peines, ses coups de coeur, ses coups de blues ...

Horloge

Recherche